Marathon de l'Atlas

Jeudi 02 Octobre 2014

42 km - 2600 m D+

Plus accessible, simplement parce que plus court, mais tout aussi féerique.

Le départ est commun avec l’UTAT, même lieu, même heure, même itinéraire sur 20km.

 Après un départ débonnaire sur 8 km de piste montante (450 D+), vous cheminerez sur un "faux plat" en crête, à travers un panorama à couper le souffle : soleil levant, sur la vallée qui mène à l’Oukaïmeden et la plaine de Marrakech.

Vous basculerez ensuite dans la vallée où l’oued Ourika prend sa source, pour rentrer en haut pays berbère. 

La première descente se prolonge par la piste (2 km), qui adopte un fort pourcentage. Arrivée à Agouns (1er village), vous foulerez alors votre premier sentier de l’Atlas, à travers un parcours sinueux alertant bosses et creux, vous menant par le fond de vallée au premier PC : Timichi- 20km.

Ici vous êtes au point le plus bas du parcours (1930m). La suite vous la connaissez, il faut grimper.

Au départ du PC une petite montée en lacets s’exprime un peu raide, pendant quelques centaines de mètre, jusqu’au passage d’une épaule qui vous ouvrira le passage d’une nouvelle vallée.

Votre train se fait plus rapide, sur une beau sentier large et peu pierreux qui vous mènera de façon assez progressive, jusqu’au magnifique village de Iabassène,

Le passage s’insinue entre quelques maisons de pierres, pour très vitre surplomber ce douar au prix d’un petit raidillon, ou vous attend une vue splendide de Iabassène et de votre cheminement depuis Timichi.

Vous contournerez alors l’arrête Est de l’Adrar Tissi (3128m), par un chemin positif mais quelque peu progressif, vers le cœur de vallée que dessine le colossal Tizi n’Tacheddirt (3230m).

Environ 800 D+ vous séparent du col, qui ne se livrera qu’au prix d’un engagement total.

Suivez le sentier, qui passe d’une rive à l’autre d’une douce rivière. De bosse en bosse, vous aurez l’heureux sentiment d’apercevoir le bout de votre progression. Mais ne vous y trompez pas, votre altimètre est objectif lorsqu’il affiche la vérité sur votre réelle élévation.

A plus d’une reprise il vous semblera apercevoir la concavité décrite par ce hauts massifs et c’est bien là la difficulté majeur de cette ascension.

Ca y est, vous y êtes ! Et le médecin qui vous attend, sera le témoin de votre grande satisfaction.

En bas c’est Tacheddirt et son ravitaillement.

Pas de souci pour le rejoindre, le sentier qui vous y conduit par sa déclivité régulière 6km durant, vous invitera à reprendre la course.

Les petites ruelles bordées maisons à peine ouvragées, vous dirigerons vers le dernier PC. Même les premiers se posent l’instant de reprendre quelques forces, de s’alimenter et de refaire un plein d’eau, qu’il ne faudra pas trop limiter.

"Plus que 600D+", mais ce sont sans aucun doute, ceux qui vous demanderont le plus de ressources.

Cette ascension surprenante en contact permanent avec la solide roche du Jbel Anggour (3614m), est aussi rude qu’elle est belle. Elle se réalise bien souvent par accoups successifs. Vous serez surpris par la qualité et le dessin du chemin emprunté, qui à tout moment offrira un espace suffisant à une pause régénérant.

Vous êtes maintenant au Tizi n’Addi 2960m et pouvez vous laisser glisser sur 6km, pour atteindre le fond de cette vallée encaissée, avant le sprint final à l’aperçu du magnifique près de l’Oukaïmeden.

Cette épreuve fait partie du  challenge, permet d'enchaîner le lendemain la Virée d’Ikkiss (26 km – 1400D+).

_

This content comes from a hidden element on this page.